La valeur des métiers

L’orchestre de l’Opéra, Edgar Degas, 1870

Cette œuvre est caractéristique du style d’Edgar Degas, qui réussit à rassembler dans le même ensemble pictural, de multiples points de vue au prix évidemment de distorsions des lois de la perspective.

Ici coexistent un spectateur dans une loge en haut à gauche, qui est en fait un compositeur – c’est Emmanuel Chabrier –, les danseuses, pour lesquelles le public est venu, et les musiciens de l’orchestre. Mais cette multiplicité des regards qui est ici portée sur l’opéra, est aussi d’une certaine manière un bouleversement de la hiérarchie du travail artistique :

Le compositeur est dans un coin ; les danseuses sont sans pieds ni têtes ; le chef d’orchestre est décentré ; le premier violon ne semble même pas présent... En fait, ce tableau est un portrait de Désiré Dilhau, le basson. Degas met ici à l’honneur qui n’y est habituellement pas, subordonné dans la hiérarchie de l’orchestre et le plus souvent inconnu du public. 

Ce renversement des valeurs est l’occasion d’ouvrir un débat sur la hiérarchie des métiers dans nos sociétés, ses raisons et les voies de la revalorisation des métiers sous-estimés.